Le procès de Bobigny

 
 


Femme, naissance, choisir.

Simone de Beauvoir, Simone Weil, Gisèle Halimi, Marie Claire, Michèle et quelques autres…des visages apparaissent comme dans un film en noir et blanc.

Le mouvement féministe, Mai 68, les années soixante-dix, combat pour l’avortement et la contraception, procès, victimes et coupables pour des lois d’un autre âge : tout cela paraît si lointain, si ancien et en même temps si présent.

Comment imaginer qu’à la distance d’une génération, (j’avais  à peine quatorze ans alors qu’on encourait encore de sévères peines de prison pour la pratique de l’avortement) la vie quotidienne était si différente ?

Peut-on imaginer encore aujourd’hui la détresse de toutes ces femmes, mamans sans le vouloir, obligées  d’assumer une maternité au moment où la vie se cherche encore ?

Peut-on imaginer aujourd’hui l’amour sans contraception, sans la liberté de choisir de donner la vie ?

Et pourtant, à une encablure de temps, la violence était reine.

C’est là toute la force de ce film : tracer le lien qui nous unit à nous-mêmes, hommes et femmes, dans le chemin si fort que conduit notre histoire immédiate.


Prix spécial du jury

Prix de la meilleure musique originale

(Festival international de Télévision de Luchon)

Hors compétition FIPA




 

Liens







Gisèle Halimi






Mascaret films


 

Choisir